Accueil L'Actu Serbie – Kosovo : Le Droit International et L’Interventionnisme Occidental

Serbie – Kosovo : Le Droit International et L’Interventionnisme Occidental

D’ici la fin de l’année 2018 la Serbie devra par référendum faire un choix décisif : accepter l’indépendance du Kosovo et rejoindre l’union européenne, ou refuser de reconnaître cette entité étatique née d’une guerre civile et d’une déclaration unilatérale.

« Serbie – Kosovo : la fin du principe d’intégrité territoriale » est un mémoire de recherche universitaire à travers lequel Michael Guérin revient sur les causes juridiques – et nécessairement géopolitiques – de l’éclatement de la Serbie et de l’indépendance d’une de ses provinces, le Kosovo. Une province qui constitue un haut lieu historique pour le peuple serbe dont elle est le berceau, et sur laquelle les puissances occidentales et l’ONU ont accepté, sinon encouragé, la formation d’un état mafieux abritant aujourd’hui l’une des plus importantes bases militaires américaines de la région, le camp BondSteel.

L’auteur fonde son analyse sur les règles de droit international qui garantissent l’intégrité territoriale des états et le respect de leur souveraineté, et montre comment l’organisation terroriste UCK fut soutenue par une intervention armée de l’OTAN tout à fait contraire à la légalité internationale. L’opération force alliée sans laquelle l’indépendance du Kosovo n’aurait pu être possible fut en effet une violation manifeste de la charte de l’ONU, qui prohibe le recours à la force et impose le respect de normes humanitaires durant les conflits ; les principes du droit de la guerre, jus in bello, furent ignorés par l’organisation atlantique qui n’hésita pas à agir unilatéralement, au mépris même du conseil de sécurité des nations unies.

Michael Guerin démontre dans ce livre comment les principes juridiques phares de la « société internationale » que sont la souveraineté, la non-ingérence et l’intégrité territoriale ont été littéralement réduits à néant dans le cadre du Kosovo, où seules devaient prévaloir les ambitions géopolitiques occidentales.

Si l’ONU et les grandes puissances occidentales défendent aujourd’hui « l’intégrité et la souveraineté de l’Ukraine » comme elles le firent en 1992 pour « l’état » de Bosnie, l’analyse montre comment ces principes ont été occultés en ce qui concerne la Serbie au nom du « droit des peuples à disposer d’eux mêmes » ; pour Michael Guerin cette extension d’un droit destiné à l’origine aux peuples colonisés ne peut qu’ouvrir une boite de pandore de laquelle surgiront demain toutes les velléités indépendantistes, quoi qu’en dise une certaine doctrine qui voudrait faire du Kosovo un cas « sui generis »

Dans un avis consultatif datant de 2010 la Cour de Justice Internationale elle même, dont les arrêts développent et précisent les grands principes du droit international public, n’hésita pas à remettre en question sa propre jurisprudence pour pouvoir conclure à la licéité du processus d’indépendance, dissimulant fort mal son impuissance face à la politique du fait accompli imposée par les Etats-Unis.

Préfacé par Tomislav Sunic, ancien professeur et diplomate, « Serbie – Kosovo : la fin du principe d’intégrité territoriale » est une démonstration scientifique de l’illégalité du processus d’indépendance de « l’état » kosovar, depuis les premières interventions occidentales jusqu’à la déclaration d’indépendance de 2008. Violant ouvertement les piliers du droit international, la création de ce nouvel état ne fut que le produit d’une volonté politique occidentale s’inscrivant dans la stratégie d’endiguement mise en place par le monde anglo-saxon.

Serbie – Kosovo : la fin du principe d’intégrité territoriale de Michael Guérin, Éditeur : AVATAR Éditions, Collection : Fahrenheit451 est disponible IciCliquer.