Déterna

Affichage des produits 1–12 sur 142

  • Les Guerriers de la plus grande Asie

    29,00

    Préface de Rémy Valat.

    Ce livre rassemble des biographies de figures historiques qui ont participé à des degrés divers au programme d’expansion du Japon en Asie. Une expansion qui, en dépit d’une volonté évidente de fonder un empire colonial (ayant eu pour corollaire une politique de pillage économique), avait aussi pour ambition de libérer les peuples asiatiques de l’impérialisme occidental.

  • Mourir à Berlin

    35,00

    Les SS français derniers défenseurs du bunker d’Adolf Hitler

    Le premier jour du printemps 1945, quelques centaines de SS français de la division Charlemagne sont parvenus à échapper au piège de Poméranie où leurs camarades ont disparu dans les durs combats pour Körlin et Belgard. Regroupés dans le Mecklembourg, on leur offre la possibilité d’abandonner le combat et de rejoindre un bataillon de travailleurs. Nombreux sont ceux qui décident de lutter jusqu’à la fin et prêtent à nouveau le serment SS de servir « avec fidélité et bravoure jusqu’à la morts. »

  • Le Führer en guerre (1939-1945)

    37,00

    (Le Führer et son image, volume 2)

    Adolf Hitler et sa Wehrmacht ont offert à l’histoire une nouvelle épopée, comme l’alexandrine ou la napoléonienne. Ce livre a pour but de passer en revue les principaux faits du mois de septembre 1939 à celui de mai 1945, au moyen de photographies commentées.  En méditant sur cette époque, l’on comprend mieux que ce furent les dernières années d’insolence des Européens…

  • Mourir pour Dantzig

    27,00

    Les SS français en Poméranie : Belgard – Dievenow – Kolberg – Gotenhafen.

    Le 5 mars 1945, lorsque se dissipent les brumes matinales d’une glaciale matinée d’hiver, le régiment de réserve de la division de volontaires français Charle­magne est anéanti par les Russes dans la plaine de Belgard. Des unités de SS français échappent toutefois au piège de la Poméranie… Rédigé à partir de témoigna­ges recueillis auprès des combattants survivants…

  • Dictionnaire historique et commenté de la police

    35,00

    Ce dictionnaire commenté veut donner une approche la plus précise pos­sible de ce qu’a été et de ce qu’est aujourd’hui de la « profession de flic ».

  • Etiquette

    Bêtes, hommes et dieux. L’énigme du Roi du Monde

    31,00

    Préface de Michel Gaudart de Soulages.

    En 1920, dans une Russie toujours déchirée par la guerre civile entre les Bolcheviques et les Blancs, l’auteur, brillant ingénieur géologue polonais au service de la Russie tsariste, traverse la Sibérie, la Mongolie et le Tibet pour atteindre l’Inde anglaise… en Mongolie, il rencontre ainsi des per­son­nage histo­ri­ques, tel le Bouddha vivant, le « roi du monde », le Bogdo Khan, des chamans visionnaires, des lamas empoisonneurs, le baron von Ungern-Sternberg un monde de magie et de folie mystique…

  • Etiquette

    Regards contrastés sur les Juifs

    27,00

    Recueil de 4 textes. Ces auteurs réunis ici ont professé un anti-judaïsme pour cer­tains obsessionnel, virulent et déclaré, tels les Allemands Adolf Hitler, Alfred Rosenberg, Joseph Goebbels, Julius Streicher ou le français Marcel Jouhandeau. Il a été certes plus limité pour le maître de l’opéra allemand Ri­chard Wagner ou plus étonnant chez Georges Clemenceau, fi­gure politique et militaire emblématique de la IIIe République fran­­çaise, connu comme un ardent défen­seur du capitaine Drey­fus…

  • Etiquette

    Dix ans et vingt jours

    33,00

    Il dirigea l’impitoyable guerre sous-marine, puis succéda à Adolf Hitler. Ses mémoires constituent un document capital… Karl Doenitz sert comme commandant en chef des sous-marins (Befehlshaber der Unterseeboote) de la Kriegsmarine pendant la IIe Guerre mondiale. Sous son commandement, la flotte des U-boote participe à la bataille de l’Atlantique. Adolf Hitler désigna par testament l’amiral Karl Doenitz comme son successeur à la tête du IIIe Reich et devient pendant vingt jours président du Reich dans le gouvernement de Flensbourg.

     

  • Etiquette

    Jean Boissel et Le Front Franc ou La vraie vie du « Neuneuil » de Céline

    29,00

    Préface de Philippe Randa.

    Le fondateur du Front Franc, national-socialiste enthousiaste dès 1935, antisémite frénétique, ami intime de l’odieux Julius Streicher, co-fondateur de la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme, n’a certes rien fait pour s’attirer une quelconque sympathie, voire une certaine compréhension de la part des tenants officiels de la « mémoire » collective. Pestiféré, même parmi les « ultras » de la Collaboration qui le jugeaient trop… extrémiste, comment Jean Boissel en est-il arrivé là ?

     

  • Etiquette

    Non coupable à Nuremberg

    31,00

    Franz von Papen (1879-1969) a été chancelier du Reich (de juin à novembre 1932), présidant le « cabinet des barons » qui lève l’interdiction des SA, les troupes d’assaut du parti national-socialiste. Il appuie la nomination d’Adolf Hitler à la Chancellerie en janvier 1933 et devient vice-chancelier de celui-ci jusqu’en 1934. Écarté du Pouvoir, il restera néanmoins député au Reichstag de 1933 à 1945 pour le Parti national du peuple allemand, puis pour le Parti national-socialiste des travailleurs allemands.

    Selon l’acte d’accusation du Tribunal militaire interna­tional de Nuremberg, Franz Von Papen aurait utilisé ses diffé­rentes fonctions et positions, son influence person­nelle et ses contacts étroits avec le Führer afin de pro­mou­voir l’accession au pouvoir des nazis et permettre la conso­lidation de leur contrôle sur l’Allemagne. Toutefois, il est acquitté par ce tribunal en 1946, mais néan­moins con­dam­né aux travaux forcés par un tribunal alle­mand avant d’être libéré en 1949.

     

  • Etiquette

    Des sursauts du IIIe Reich à l’exil argentin (Année 1945-Année 1952)

    31,00

    L’as de la Luftwaffe revient sur les derniers mois de la guerre, les entrevues avec Hitler, les derniers soubresauts de la Wehrmacht… Puis, il raconte son existence de conseiller militaire de l’avia­tion ar­gen­tine… En 1948, il fonde, à Buenos Aires, le « Ka­me­radenwerk », une orga­nisation d’aide aux vaincus tra­qués… »

  • Etiquette

    Les SS au poing-de-fer

    39,00

    La division « Götz von Berlichingen » au combat en Normandie

    Dès l’annonce du Débarquement, la division Götz von Berlichingen fut dirigée sur la Normandie. Elle combattit aux environs de Carentan, puis dans la zone des prairies marécageuses au nord de la route de Périers à Saint-Lô, fut encerclée à Roncey, reconquit et abandonna Mortain, avant d’être prise au piège dans la poche d’Argentan-Falaise, où furent rayées de la carte les forces allemandes de Normandie. À la fin du mois d’août 1944, il ne restait pas à la 17e division SS un millier de combattants sur les dix-sept mille hommes mis en route le 6 juin !

     

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close